Maires de Côte d’Ivoire, seuls les imbéciles ne changent pas!

Il y a un peu moins de deux mois je crois, les campagnes pour les élections municipales mettaient la ville d’Abidjan en ébullition. Certains maires ont été élus dans le calme, quand d’autres l’ont été avec un peu plus d’agitation. Ils nous ont fait des promesses qui, j’en suis sûr, ne comptait que pour du beurre pour la plupart de ces élus locaux. A peine élus que certains d’entre eux sont confrontés à des difficultés ; la saison des pluies ! S’il est vrai que nous avons besoin de la pluie pour plusieurs raisons, il arrive des fois où cette même pluie est un sacré problème pour les habitants de certaines localités à Abidjan.

Nous sommes le mardi 11 juin 2013, j’ai un rendez-vous à 08 heures 30 avec une amie qui doit venir de Koumassi pour le Plateau. 09 heures ! Aucune présence de l’amie en question. Un coup de fil s’impose donc à moi (même si la logique aurait voulu que ce soit la personne en retard qui appelle pour s’excuser). C’est alors qu’elle me fait savoir qu’il est très difficile de circuler à Koumassi en ces termes : « On ne peut plus circuler dans Koumassi. A certains endroit l’eau nous arrive au genou et parfois même plus haut. Quand tu es en voiture, l’eau rentre sous les portières, ce n’est vraiment pas facile.» A dire vrai, je n’ai vu la scène mais j’ose croire que mon amie n’a pas menti pour justifier son retard. Le temps d’attendre, je me promène un peu sur Twitter et Facebook. Tout le monde – dans mon cercle d’amis –  pratiquement parle de la pluie de ce matin. Mais un tweet de Yehni (RKAno) « Palmeraie côté dispensaire inondé! Des voitures bloquées. L’eau arrive aux portières. pic.twitter.com/b9lfg61qtj » va en quelque sorte certifier les dires de mon amie; certains quartiers sont quasiment impraticables en temps de fortes pluies.  

Je m’éloigne de son sujet de départ ?!!! Non pas du tout ! Maires d’Abidjan, les populations vous ont élus. Elles ont besoin de vous actuellement. Assainissez nos quartiers pour nous éviter ces inondations. En tout cas si vous êtes vraiment venu pour le bien des populations comme vous l’avez dit, vous devez réagir pendant qu’il est temps. Après la saison des pluies, il serait un peu trop tard. Ne donnez pas raison à ces personnes qui disent que, les maires, une fois élus, oublient leurs populations. Chaque année, à la même période – celle de la saison pluvieuse – nous sommes confrontés aux mêmes problèmes et cela durent depuis plusieurs années. Je suis certain que vous connaissez cet adage qui dit que « seuls les imbéciles ne changent pas » ! Et comme je sais que nous n’avons pas affaire à des maires imbéciles, des travaux d’assainissement seront effectués dans nos quartiers les plus touchés d’Abidjan.

Donc populations de Koumassi – Boulevard du grand marché, Cocody – Palmeraie – Côté dispensaire ; Cocody – Gobelet ; Cocody – Washington pour ne citer que vous, restez sereines! Les chiens changeront leur manière de s’asseoir cette fois-ci. Dans le cas contraire, attendez cinq ans encore pour leur donner vos voix aux prochaines élections municipales. Je saurai alors qui sont les vrais imbéciles dans cette histoire !

Carrefour de l'Indénié

Carrefour de l’Indénié innondé

Où est passé Andrew?

Cela faisait déjà plus d’une semaine que Hilary espérait rencontrer Andrew pour lui dire merci pour l’aide qu’il lui avait apportée. Mais pour voir Andrew il fallait se lever de bonne heure. En effet il quittait la maison  tôt le matin pour ne rentrer que le soir après 20 heures généralement. Mais une idée ingénieuse lui traversa l’esprit. Elle savait qu’elle pouvait trouvait Andrew via internet. Comment un jeune informaticien, de ce siècle pouvait il ne pas avoir de compte Facebook ? se demandait-elle en elle-même. Il lui fallait donc axer ses recherches de ce côté. Le hic est qu’elle ne connaissait pas le patronyme de Andrew. Andrew est le seul nom du jeune homme qu’elle connaissait. Etait-ce vraiment son prénom ou seulement un pseudo pris pour frimer comme aiment si bien le faire les jeunes Africains pour s’identifier à une star de cinéma ou de sport ? Elle essaierait quand même avec cela.

Trêve de questions ! Il fallait se mettre à l’œuvre. Hilary se rendit donc à ‘’I_Land’’ le cyber café de la cité pour rechercher son bienfaiteur d’une nuit. Grande fut sa désolation se savoir qu’il n’y avait pas de connexion depuis le matin. Et le gérant du cyber n’était pas à mesure de lui dire à heure la connexion se rétablirait. Elle avait patienté pendant plus d’une semaine et voilà que quand elle a la solution à son problème, les  dieux de l’informatique l’avaient quittée.  Elle devait patienter encore quelques heures et cela la rendait si verveuse. Elle retourna à la maison en attendant que Angelo, le gérant du cybercafé lui fasse signe quand la connexion reviendrait.

Couchée dans le divan, elle se plongea dans des pensées remplies de questions. Qui est ce jeune homme qui vivait aussi discrètement dans la cité malgré sa situation financière apparemment stable ? Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas d’amis ici à Olympe ? Et pourquoi et pourquoi …

C’est la chanson de X-Maleya intitulée Yélélé, qui lui servait de sonnerie pour son téléphone portable, qui la fit sortir de ses pensées. C’était Flora, une de ses amies et sœur de communauté religieuse qui l’appelait pour savoir si elle était à la maison afin qu’elle puisse passer la voir juste pour papoter un peu. Hilary lui donna son accord. Au bout d’une trentaine de minutes les deux copines étaient ensemble et parlaientt de tout et de rien à la fois. C’est en cela que leur causerie atterrit dans le domaine des NTIC et des réseaux de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. Flora fit alors savoir à sa sœur que sa maison de téléphonie mobile, pour la promotion de son service 3G+ leur permettait d’avoir accès gratuitement à internet en illimité sur un période de trois mois. Hilary se précipita sur le téléphone de Flora pour vérifier l’information. C’était bien vrai puisqu’elle se retrouvait sur le site bleu-blanc  de Mark Zuckerberg où la page d’accueil indiquait Facebook. La première des choses qu’elle fut après sa connexion était de taper Andrew dans la barre de recherche de son profil. Une liste de Andrew se présenta à elle. Elle n’eût aucun mal à retrouver celui qui l’intéressait ; puisque la photo du jeune homme venait confirmer son identité. Andrew Jayson N’GUESSAN était le nom qui accompagnait l’image. Elle s’empressa de lui envoyer une demande d’ami…

 

AINSI VA LA VIE!!!

Je ne voulais pas en parler, mais je me vois dans l’obligation de vous  raconter une histoire que j’ai vécue ce matin pour attirer votre attention sur certaines réalités de la vie.

Ce matin à ma descente du ‘’waren’’; qui va dire qu’il ne connait pas ‘’waren’’ encore ?, je rencontre une personne dont visage me semble familier. Un cogito rapide me donne plus de détails sur la personne. L’ayant déjà dépassé, je me retourne et l’appelle par son nom : « Sylla » (vous ne pensez pas quand même que je vais  donner son nom réel ; en tout cas vous comprendrez pourquoi je ne le fait pas). La personne se retourne avec un air étonné. « C’est bien Sylla non ? Lui demandai-je.  Oui ! Tu ne te souviens pas de moi ? C’est Marck-Anderson, Bouaké, N’gattakro, Equipe de Basket  des Cadets au ‘’Stade Bouaké ‘’ avec Coach Bill. Non, je ne souviens pas. Comment ? Tu ne te souviens pas vraiment ? Mermoz, Aristide, Diabloski, Jayson, tous ces noms ne te disent rien ? Non, me dit-il encore. Ok je me trompe de personne alors ! Bonne journée et excusez-moi d’avoir perdu votre temps. »

Et oui, j’avais entendu parler de sosie mais là je suis dépassé par la ressemblance.  Au fait, que dis-je ? Dépassé par le mensonge de Sylla. En fait Sylla avait une cicatrice au coin de l’œil gauche. Et cela m’étonnerait que son sosie puisse avoir la même cicatrice.

Mais pourquoi mentirait-il ? Certains d’entre vous se demandent. Et  bien Syrus, comme on l’appelait dans le temps, était devenu vigile. Et ‘’Andy Three Points’’, mon surnom d’alors, était devant lui ; chemise-cravate, ordinateur portable accroché sur le côté. Sylla avait, je pense, honte de son statut ! Quel dommage !!!!

Il y a bien de gens qui on peut-être honte de leur situation actuelle. Mais laissez-moi vous dire une chose : « Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement …», nous dit LA BIBLE au verset8 d’Ecclésiaste7.

MINISTRE DE LA SALUBRITÉ « YAKO » !

Il arrive parfois, dans la vie d’un homme, des situations auxquelles on ne trouvera jamais de réponse.

Mais bien plus souvent on fait semblant de ne pas connaître les réponses.

Au fait je été choqué par la réaction d’un de mes co-passager dans « wôrô wôrô » (les abidjanais savent de quoi je veux parler.

Le dimanche dernier j’étais à Koumassi (une commune de la ville d’Abidjan) quand il s’est mis à pleuvoir.

Il pleuvait des cordes, je vous di pas. Après une longue attente sans interruption, je me suis décidé  à rentrer chez moi malgré la forte pluie (J’habite Dokui, un quartier à cheval sur Cocody et Abobo).

Je brave alors ces grosses cordes d’eau avec un parapluie pour emprunter un véhicule que j’ai mis du temps à trouver d’ailleurs.

Grande fut ma surprise en constatant que la moquette sur laquelle étaient posés mes pieds était toute trempée. L’eau dans le véhicule ! Eh oui le niveau de l’eau était tellement haut (relativement hein !) que l’eau était parvenue à entrer dans le « wôrô wôrô ». Je fais un effort pour voir dehors malgré la forte pluie, qu’est-ce que je vois ? L’eau qui rentrait dans les concessions de certains riverains. Curieux quand même n’est-ce pas ? Oh que non ! Pour ceux qui connaissent le boulevard du marché de Koumassi, vous allez vous rendre compte qu’il n’y pas de caniveaux ? Que dis-je ? Du moins, tous les caniveaux sont bouchés. Donc une forte pluie de trente (30) minutes rend ce boulevard impraticable pour les véhicules et cause des dégâts aux habitants de ceux quartier.

A qui la faute ? Le ministre de la salubrité ? Nooooon loin de là. Le ministre de la salubrité ne vient quand même pas déverser ses ordures ménagères dans les caniveaux de Koumassi.

Juste vous interpeller ! Vous qui n’êtes pas encore dans ce cas, faites comme les habitants de Koumassi Boulevard du marché et ce n’est pas moi qui viendrai vous dire ce que cela va entrainer.

Que celui qui des oreilles pour entendre …